Quelque chose se passe

Auteure
Stéphanie Chaillou
Six nouvelles poétiques
76 pages, 12 x 15 cm, dos carré cousu collé
Parution : octobre 2008

Publié avec le soutien de la région Bretagne et du conseil général du Finistère

 14,50

ISBN : 978-2-917751-00-8 Catégorie :

Présentation

Quelque chose se passe propose au fil de textes courts, qui font entendre une voix se donnant tantôt dans une unité, tantôt plurielle, non pas des histoires propre­ment dites mais plutôt des navi­ga­tions, des explo­ra­tions d’images (le blanc, une petite fille flot­tant dans les airs, son chan­dail rouge, les méduses…) ou de voix qui tentent de dessi­ner un portrait ou une démarche. Autour de la théma­tique de l’enfance, la ques­tion du presque vivant (du pas encore formé, du pas encore devenu sujet) ou du presque mort, ou du mort (où la ques­tion est enten­due comme la recon­nais­sance d’une mort pour accé­der à la vie). Un discours d’impossibilité en paral­lèle à un discours de résis­tance au sens où un sujet se dit vivant, avec violence mais vivant. Un flot­te­ment du sujet, toujours au bord de ne pas ou plus exis­ter.
Une tenta­tive de mémoire.
Le chemi­ne­ment de Stépha­nie Chaillou passe par une écri­ture de la percep­tion. Tour­ner, retour­ner autour du mot, le répé­ter, les répé­ter jusqu’à saisir l’image enfouie, enter­rée, la saisir grâce à l’imaginaire.

Notes de lecture

« Entre nouvelle et poésie, voici une suite de six textes courts où […] les mots, venus du corps et des sensa­tions, sont repris d’une manière toute duras­sienne, jusqu’à la nausée, comme autant de langues qui enva­hissent la bouche, passant de l’extérieur à l’intérieur. Où les mots sont ressas­sés jusqu’à cerner les images insen­sées de l’enfance, explo­rant le presque vivant, le pas encore formé […] et même la mort, essayant ainsi de remon­ter à la source de ce discours inso­lite, voire impos­sible. »
Joël Glaziou, Harfang, n° 34, 2009