À la Tuilière

Auteurs
Olivier Gallon, texte
Stéphane Korvin, dessins
150 exemplaires sur BFK Rives 180 g,
format (fermé) 11,5 x 15 cm
Texte composé en Garamond corps 10
Six dessins reproduits en photogravure,
noir et gris
Imprimé sur la presse typographique des éditions
Un feuillet plié en cinq, dans un étui carton
Parution : décembre 2015

 35,00

Catégorie 

Présentation

Un topo­nyme, La Tuilière, un orage, le fracas de l’éclair, de la pluie, « Remue­ment partout perpé­tré par l’eau… Règne de la confu­sion. » Méta­phore d’un état inté­rieur ? Trois blocs de prose où cepen­dant « le désastre [est…] tendu vers l’accalmie et le déta­che­ment » car s’y tient l’arbre, « patient », indif­fé­rent, « qui avait pris forme du temps »… En vis-​à-​vis de ces blocs/​colonnes de texte, les bornant, les troncs d’arbres de Stéphane Korvin, droits, d’une présence intense dans le char­bon de la page. Mais aussi, grâce au « pliage Frei­net », dans l’ouverture du livre, une « forêt inté­rieure », ou une clai­rière…, où la lumière semble prête à revenir.