Notre voix

Auteure
Noémia de Sousa
Titre original : Nossa voz
Traduit par Elisabeth Monteiro Rodrigues
Poésie
Coffret 16 x 16 cm comprenant 1 poème-affiche format 48 x 64 cm, 1 CD de lectures & création sonore bilingue, 1 livret bilingue de
8 pages, impression offset en tons directs
Graphisme affiche : Florence Boudet
Création sonore et arrangements :
Samuel Lietmann
Voix : Ana Lúcia Marques da Cruz, Elisabeth Monteiro Rodrigues, Samuel Lietmann, Sandra Tamele
Parution : mars 2017

Voir le diaporama et écouter un extrait.

 15,00

ISBN : 978-2-917751-88-6 Catégorie :

Présentation

Lors de mon dernier séjour à Maputo, je m’étais mise en quête de l’un de ces livres introu­vables dont l’existence pour­tant connue finit par nous hanter : Sangue Negro, de la poétesse Noémia de Sousa, figure tuté­laire de la négri­tude mozam­bi­caine. Notre voix, écrit en 1949 alors qu’elle est âgée de 23 ans, ouvre ce recueil publié en 2001 par l’Association des écri­vains mozam­bi­cains (coïn­ci­dence heureuse : ce livre revient aujourd’hui sur le devant de la scène avec une récente édition brési­lienne). Son souffle et son rythme incan­ta­toire nous trans­percent d’emblée, nous invi­tant à décla­mer avec elle.
Elisa­beth Monteiro Rodrigues

Notes de lecture

« Incan­ta­tion présen­tée sous la forme d’un poème-​étendard, dazi­bao poétique, ou “poezi­bao”, selon l’appellation à présent consa­crée ; Noémia de Sousa, chantre de la négri­tude mozam­bi­caine est égale­ment audible ici dans les voix d’Elisabeth Monteiro Rodrigues (voix fran­çaise et lecture croi­sée), Ana Lùcia Marques da Cruz (voix portu­gaise et lecture croi­sée), Sika Fakambi, Samuel Liet­man, Sandra Tamele (lectures croi­sées). Un texte-​cri, exal­tant, exalté, au souffle peu compa­rable servi sur CD par un travail vocal ajusté préci­sé­ment à la portée de ce poème et à son titre : Notre voix. Procédé ici poly­pho­nique et poly­glotte, voix roulant, croi­sant sur l’onde ainsi qu’une infa­ti­gable clameur, une infi­nie révolte, voix humaine des vifs, des à vif, des oppri­més, persé­cu­tés, tyran­ni­sés, aux fougues toni­truantes. Une initia­tive sonore qui rappelle celle de l’album L’or noir, sélec­tion de textes de poètes créoles par Arthur H et Nico­las Repac (Naïve), ou encore Nous sommes cernés par les cibles par Serge Pey et André Minvielle (Labe­luz). »
Jean Palomba, Terre à ciel, octobre 2018