Posted on

Juliette Agnel

agnel_​juliette

Juliette Agnel est née en 1973. Après des études d’arts plas­tiques et d’ethno- esthétique à l’université Paris I puis aux Beaux-​Arts de Paris, une rencontre avec Jean Rouch l’amène sur les routes de l’Afrique pendant plus de dix ans. En 2011, elle conçoit et fabrique une machine, la camera obscura numérique, qu’elle utilise pour filmer ou photo­gra­phier et qui donne lieu à des images très singulières. Nominée au prix Découverte à Arles en 2017 avec une première série de Nocturnes, elle pour­suit son travail de recherche sur les paysages extrêmes lors d’une expédition au Groen­land en 2018 puis en 2019 au Soudan, sur le site mythique de Méroé.
Elle a exposé notam­ment, en 2018 et 2019, au centre Labanque à Béthune, à la gale­rie Le Lieu à Lorient ou encore à Chaumont-​Photo-​sur-​Loire. Une nouvelle expo­si­tion se déroulera en automne 2020 à la gale­rie L’imagerie à Lannion. Juliette Agnel est représentée par la gale­rie Françoise Paviot à Paris. »

Posted on

Éric Audinet

audinet_​eric1

Éric Audi­net, né à Phnom Penh en 1958, vit aujourd’hui à Bordeaux, où il dirige les éditions Confluences depuis 1994. Il a publié une quin­zaine de livres, récits ou poèmes depuis Élégies quatre-​vingt-​un (Quffi & Fluk, 1983), comme La Vie à la campagne, Élégie 89, 7 suites marseillaises en atten­dant la guerre et Une diffi­cile expé­di­tion (tous aux éditions Spectres fami­liers, entre 1983 et 1992), Je cherche un livre (William Blake and Co, 1991) ou encore Les Derniers jours de Venise (1996−1999) (Farrago/​Léo Scheer, 2002) et, en 2016, Bande-​Annonce (collec­tion « Le Refuge en Médi­ter­ra­née », cipM). Avec Jean-​Luc Chapin, il a publié trois livres aux éditions Confluences : Cèpes, Chas­seur cueilleur et Pêcheur (2007−2013). Il a égale­ment publié en revues (Action poétique, Banana Split, Atlan­tiques, Impres­sions du Sud, Esprit, etc.), dans des antho­lo­gies ou des ouvrages collec­tifs. »

Posted on

Kofi Awoonor

Kofi_​Awoonor2NB

Kofi Awoo­nor (1935−2013) est né dans la région de la Volta, dans l’actuel Ghana. Il est le petit-​fils d’une gardienne des chants sacrés de la tradi­tion funé­raire ewe et descend par son père d’une famille origi­naire du Daho­mey, ayant migré tout le long de la côte ouest-​africaine jusqu’en Sierra Leone, avant de s’établir au Ghana. Poète majeur, critique litté­raire, profes­seur de litté­ra­ture compa­rée et homme d’État ghanéen, il trouve la mort le 21 septembre 2013 dans l’attaque terro­riste du centre commer­cial de Nairobi, au Kenya. »

Posted on

Magali Ballet

ballet_​magali

Magali Ballet, née en 1970, photo­graphe, expose régu­liè­re­ment en France (dernière expo­si­tion : gale­rie Grand Angle, Ceyrat (63), janvier-​mars 2016) et parti­cipe depuis 2004 à des livres d’artistes avec les poètes Erwann Rougé, Stépha­nie Ferrat ou James Sacré, aux éditions Les mains, Propos 2 ou Le frau (Odile Fix). Dernière publi­ca­tion : Les Chevaux de Tarkowski, avec un texte de Pia Tafdrup (Unes, 2014 – photo­gra­phies et inter­ven­tions origi­nales). Son travail est visible sur son blog : maga​li​bal​let​pho​to​gra​phies​.blog​spot​.com. »

Posted on

André Benchetrit

Benchetrit_​Andre

André Benche­trit (1955−2009) est l’auteur de plusieurs romans, Le Ventre (P.O.L, 1995), Impasse Marteau (Actes Sud, 1999, rééd. Babel, 2011), Très-​Grande Surface (Manifeste/​Léo Scheer, 2004), Le Bord de la Terre (L’une & l’autre, 2009), et d’une douzaine de livres pour la jeunesse, la plupart chez Belin. Un dossier lui a été consa­cré dans la revue litté­raire La Femelle du requin à l’hiver 2005 – 2006.
Photos volées est son dernier texte achevé ; il a paru en même temps que la réédi­tion de son récit Le Livre de Sabine, édité de façon confi­den­tielle en 2005 chez Néant et aujourd’hui repris aux éditions du Rouergue dans la collec­tion « La brune ». »

Posted on

Kamau Brathwaite

Kamau-​Brathwaite : Photo © <span class="caps">DR</span> : Kamau Brathwaite

Kamau Brath­waite est né à la Barbade en 1930. Sa poésie invente ce qu’il appelle une « langue nation », travaillée par les langues afri­caines et caraïbes, mais aussi par le spoken word, les rythmes du jazz et du folk, les inno­va­tions linguis­tiques et typo­gra­phiques. Son œuvre consi­dé­rable, comp­tant de multiples études cultu­relles, histo­riques et litté­raires, et une quin­zaine de recueils de poésie, fait de lui l’une des voix majeures de la litté­ra­ture cari­béenne.

Collec­tion « corp/​us » »

Posted on

Gladys Brégeon

gladys.bregeon1

Gladys Brégeon, née en 1981 à Tours, vit aujourd’hui dans le Beau­jo­lais. Artiste diplô­mée des Beaux-​Arts de Paris et de l’université Paris VIII, elle mêle écri­ture et image (photo­gra­phie, dessin et gravure), « deux langues du trait » qui dialoguent et se confrontent plus qu’elles ne s’illustrent, notam­ment par le biais du livre d’artiste. Son travail est visible sur son site : www​.gladys​bre​geon​.net.
Couches paraît en même temps que J’ai connu le corps de ma mère, en un véri­table diptyque qui est la première publi­ca­tion de l’auteur en dehors de ses propres livres d’artiste – ils ont chacun fait l’objet, par ses soins, d’un tirage limité. »