Résidence absolue

Auteure
Sabine Macher
Récit / prose poétique
80 pages, 12 x 15 cm, dos carré cousu collé
Parution : mars 2011

Publié avec le soutien de la Maison de la poésie de Rennes et de la région Bretagne

 13,00

ISBN : 978-2-917751-15-2 Catégorie :

Présentation

« Nota­trice, [Sabine Macher] note, c’est-à-dire observe et remarque, et note, c’est-à-dire consigne, met en écrits ce qui est remar­quable. La nota­tion concer­nant une partie du réel envi­ron­nant, l’alentour, l’immédiat, Sabine Macher visua­lise depuis les gestes qui démarrent de son corps ou depuis ce qui évolue dans le même espace comme nouvel entrant dans une même choré­gra­phie très ordi­naire, quand bien même cela a la taille d’une fourmi ou l’apparente immo­bi­lité d’un bana­nier d’appartement. »
Pour présen­ter Rési­dence abso­lue de Sabine Macher, inutile de para­phra­ser ces quelques lignes que Jean‐​Pascal Dubost lui a consa­crées. Simple­ment de préci­ser qu’il s’agit là d’un texte écrit dans le cadre d’une rési­dence à la Maison de la poésie de Rennes en mai‐​juin 2009 où préci­sé­ment l’auteur a voulu, en toute liberté, se sentir « assi­gnée à rési­dence », assi­gnée à écrire, à consi­gner.
Dans cette maison‐​résidence, les objets s’animent, deviennent sujets, dans une pano­plie d’ambiguïté de la langue. Ceux qui tiennent le récit sont un « Il » et un « Elle », tandis que l’écriture se person­ni­fie au fil des pages sous la forme d’un simple pronom « moi » et occupe de plus en plus une posture d’objet consen­tant (« elle me lève tard », « il lit le soir ne pouvant m’endormir »). Sabine Macher établit ainsi une sorte de neutre de l’écriture, nous obli­geant à entendre les condi­tions même de cette écri­ture : l’écrivain n’est plus que trace, que survi­vance, quand l’écrit survient.

Notes de lecture

« … ces déhan­che­ments, des phrases sans majus­cules, un défilé de vrais patro­nymes de poètes plus ou moins connus […], un certain rapport à l’air ambiant ou rasant et d’autres déli­cieuses maladresses donnent à son écri­ture le même charme que son accent germa­nique. »
Pierre Le Pillouër, Sitau​dis​.fr, octobre 2011

« Comme l’Alice égarée mais fasci­née : un tel texte initie au plai­sir de se perdre. […] L’auteur(e) a pris le parti d’explorer, ce semble, cet entre‐​deux laby­rin­thique situé entre réel et imagi­naire ; la langue fore dans le premier pour qu’en surgisse le second, à moins que ce ne soit la langue, et elle seule, puis­sante en créa­tion d’illusions, qui, au final, devient le seul réel imagi­nable. »
Jean‐​Pascal Dubost, Poezi­bao, avril 2011

« Elle écrit avec ce qu’elle a sous la main et dans le corps, les attri­buts de l’imaginaire, je, tu, et surtout il et elle. […] Comme il est elle, et elle il, ils ont beau­coup de choses à se dire, le pluriel est toujours mascu­lin. Le cœur rose dans la salle de bains et les poètes qui dormirent dans le lit où Sabine dort avant de se faire enle­ver elle aussi. […] Enle­vée à la ques­tion sans réponse : “Elle ne peut être poète et femme de ménage de la maison de la poésie dans le même temps ?”
Clau­dine Galea, CCP – Cahier critique de poésie, mars 2012

À lire :
• Des extraits du texte sont à lire et à écou­ter dans l’anthologie Gare mari­time 2013 de la Maison de la poésie de Nantes

Danse de la fourmi et lecture d’extraits de Rési­dence abso­lue : Sabine Macher à la ména­ge­rie du Jardin des plantes, en mai 2011.