Posted on

Jean Yves Cousseau

<span class="caps">OLYMPUS</span> <span class="caps">DIGITAL</span> <span class="caps">CAMERA</span>

Jean Yves Cous­seau vit et travaille en région pari­sienne. Il est engagé depuis de nombreuses années dans une démarche artis­tique liée à la photo­gra­phie et expé­ri­mente, au fil des expo­si­tions, des publi­ca­tions et des commandes, d’autres supports et modes d’expression tels que la vidéo, l’installation et l’oxydation. Il a exposé à de nombreuses reprises, tant en France qu’à l’étranger (Foto­gra­fie Forum, Franc­fort ; gale­rie Pennings, Eind­ho­ven ; fonda­tion Pierre-​Gianadda, Marti­gny ; musée de l’Orangerie, Paris ; Musée fran­çais de la photo­gra­phie, Bièvres ; fonda­tion de Couber­tin, Saint-​Rémy-​lès-​Chevreuse, Musée/​muséum dépar­te­men­tal de Gap…, pour ne citer que quelques lieux). Il a égale­ment publié plusieurs livres, dont Lieux d’écrits (éditions Royau­mont, 1987) ou Manière noire (éditions Fage, 2006), et plusieurs cata­logues ont été consa­crés à son travail, dont Quan­ti­tés discrètes (Musée/​muséum de Gap/​éditions Fage, 2007). Dernière expo­si­tion en date : Maison euro­péenne de la Photo­gra­phie, 8 février‑9 avril 2017. »

Posted on

Caroline Cranskens

Vidéaste née en 1979, Caro­line Crans­kens est égale­ment l’auteure de deux recueils poétiques parus aux éditions Les Venter­niers, Devant la machine en 2013 et Gypsy blues en 2014, et du recueil Le Trou derrière la tête aux éditions À Verse en 2017. Elle a aussi publié dans les revues Arcane 18, Borbo­rygmes, À verse ou Verso.
Ensemble, Caro­line Crans­kens et Élodie Claeys ont signé le film Eder­lezi, le retour du prin­temps, paru en 2016 aux éditions Les Venter­niers, le film Arabat, produit par les éditions isabelle sauvage et fabri­qué sept numé­ros de la revue Fureur et mystère. »

Posted on

Stéphane Crémer

Crémer

Stéphane Crémer, né en 1954 en région pari­sienne, vit dans le Morbi­han depuis 2012. Il a publié aux éditions isabelle sauvage Prolé­go­mènes à toute poésie (2008) ainsi qu’un recueil de poésie, Le banc, en 2009 (qui reprend notam­ment Compa­gnies, une première suite de poèmes compo­sée au plomb mobile et publiée à tirage limité – épuisé – en 2003, avec une préface d’Yves Bonne­foy), puis Compost / Composto (douze poèmes bilingues fran­çais / portu­gais du Brésil, 2013). Un récit, Comme un charme, est paru aux éditions Denoël en 2006. Il a publié en 2014, avec Gilles A. Tiber­ghien, Des appa­rences bien suivies aux éditions Art3.
Stéphane Crémer a été accueilli en rési­dence par la Maison de la poésie de Rennes au prin­temps 2014, où il a mis la dernière main à Tombeaux & taxi­der­mies (trente sonnets et vingt-​six gouaches), paru en juin 2015 aux éditions Art3 et sélec­tionné par l’Académie fran­çaise pour son prix « Henri Mondor » 2016. »

Posted on

Carole Darricarrère

Darricarrere_​Carole

Carole Darri­car­rère, née en 1959, a publié plusieurs recueils, tous oscil­lant entre le vers et la prose, depuis La Tenta­tion du bleu (Farrago, 1999), jusque Demain l’apparence occul­tera l’apparition (éditions isabelle sauvage, 2009) ou Mono­chro­mie de l’astreinte (en colla­bo­ra­tion avec Wanda Mihu­lac, éditions Tran­si­gnum, 2010). Son dernier livre, Beijing blues, a paru aux éditions du Petit Véhi­cule en 2018. Elle a égale­ment publié dans des revues comme Action poétique, La Poly­graphe, Java, Passage d’encres, Le Nouveau Recueil
Sa volonté aujourd’hui est de multi­plier les croi­se­ments entre diffé­rents champs d’expérimentation, comme la créa­tion sonore (radio­pho­nique), la photo­gra­phie, ou la danse d’improvisation. »

Posted on

Yves di Manno

Yves Di Manno

Yves di Manno, né en 1954, a publié une ving­taine de recueils dont, pour ne citer que le dernier, Champs, un-​livre-​de-​poèmes (2014, reprise, chez Flam­ma­rion, de deux volumes parus en 1984 et 1987), ou d’essais, parmi lesquels « endquote », digres­sions (Flam­ma­rion, 1999), Objets d’Amérique ou encore Terre ni ciel (José Corti, 2009 et 2014).
Il est aussi traduc­teur de poésie améri­caine (William Carlos Williams, Ezra Pound, Jerome Rothen­berg ou George Oppen) et dirige la collec­tion « Poésie/​Flammarion » depuis 1994 . »

Posted on

Agnès Dubart

L’artiste Agnès Dubart, née en 1985, expé­ri­mente aussi bien les tech­niques de la gravure, du dessin ou de la pein­ture. Le musée du Dessin et de l’Estampe origi­nale de Grave­lines (59) lui a consa­cré une expo­si­tion person­nelle en 2017, « Méca­nique céleste », et plusieurs gale­ries l’exposent, dont la gale­rie Sagot-​Le Garrec, à Paris.

Collection « pas de côté »

• Arabat, 2019